C’est dans la tête!

Cerveau

Un patient n’ose plus lever le bras alors que son épaule opérée est parfaitement remise? Un membre amputé fait horriblement mal? C’est notre cerveau qui fait des siennes! Après une chirurgie orthopédique, par exemple à la suite d’une luxation de l’épaule, la plupart des personnes reprennent activités et sport exactement comme avant. «Mais certains patients sont des échecs et continuent à avoir peur malgré une épaule stable, malgré des examens qui montrent que tout va bien, que les ligaments sont bien rattachés, que l’opération est un succès…» Le Dr Hoffmeyer, chef du service d’ortho­pédie des Hôpitaux universitaires genevois, précise encore: «Ils n’ont pas nécessairement mal, ils ont une appréhension lorsqu’ils lèvent le bras et se demandent s’il va tenir ou pas.»
Plus de 20% des opérés continuent à craindre le pire, ce qui a incité le Dr Hoffmeyer et le Dr Cunningham, orthopédiste, à tenter de déterminer, avec le Dr Haller, neuroradiologue, s’il se passait quelque chose d’anormal dans leur tête. Et là, bingo! Lorsqu’on montre à ces patients des vidéos de mouvements susceptibles de luxer l’épaule, l’IRM permet d’observer une réorganisation cérébrale significative, avec suractivation des zones de la régulation des émotions et de la peur.

Le cerveau est également en première ligne lors des «douleurs fantômes» faisant suite à une amputation. Là, une des solutions est de tenter de le leurrer, avec un simple miroir ou de la réalité virtuelle, comme le montre ce passionnant reportage de 36.9˚. Dans le cas de nerfs endommagés, provoquant des douleurs neuropathiques insoutenables, l’implantation d’un système de neurostimulation peut améliorer la vie de 60 à 70% des patients; pourtant, il ne soigne pas les causes de la souffrance mais filtre ou bloque simplement l’arrivée de ces signaux jusqu’au cerveau. Qui n’a pas fini de révéler les secrets de ses circonvolutions…